Le Premier ministre Modi prend les devants pour tenir les promesses de la COP26 : le gouvernement à la Haute Cour de Delhi | Dernières nouvelles Inde

New Delhi: Le gouvernement de l’Union a déployé suffisamment d’efforts pour tenir les promesses faites par le Premier ministre Narendra Modi lors du sommet sur le climat de Glasgow en 2021 (COP26) et le Premier ministre lui-même prend les devants sur la question, a déclaré jeudi le Centre à la Haute Cour de Delhi. .

Répondant à une requête déposée par l’avocat Rohit Madan visant à constituer un comité d’experts pour la réalisation des promesses faites par l’Inde à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) l’année dernière, le solliciteur général supplémentaire (ASG) Chetan Sharma a informé le tribunal que tous les échéanciers étaient en place et que plusieurs comités ont été constitués pour se pencher sur les questions.

« C’est le Premier ministre lui-même qui a pris les devants. L’Inde depuis les banquettes arrière dicte et établit aujourd’hui la feuille de route, y compris zéro émission d’ici 2070. Tous les délais sont en place. Il y a des comités dirigés par le cabinet du premier ministre, des secrétaires. Des comités interministériels sont en place. Tout est en place », a déclaré l’ASG à un banc dirigé par le juge en chef de la Haute Cour, Satish Chandra Sharma.

A lire aussi : Rahul Gandhi dit « ne pas avoir peur de Modi », le lendemain de la fermeture du bureau de Young Indian par ED

Dans un rapport d’étape, le ministère de l’environnement, des forêts et du changement climatique a déclaré que l’Inde avait lancé une importante initiative futuriste en mode PPP (participation public-privé) pour l’énergie propre – « Mission Integrated Bio-raffineries » centrée sur l’avancement technologique et la coopération, zéro déchet bioraffinerie pour la production rentable de biocarburants durables avec coproduction de produits chimiques et de matériaux biosourcés, en utilisant des interventions biotechnologiques.

L’ASG a déclaré à la magistrature, comprenant également le juge Subramonium Prasad, qu’un rapport a été finalisé et sera soumis au Secrétariat des Nations Unies sur le contrôle du climat vendredi. Il a également formulé des revendications sur le motif de la pétition et allégué que la prière était « implicitement insinuée ».

En raison des allégations formulées dans la pétition, l’image du pays est ternie dans des questions sensibles comme l’environnement, a fait valoir l’ASG.

Cependant, comparaissant pour le requérant, son avocat a nié les allégations, affirmant qu’il avait la plus haute estime pour le Premier ministre. Le pétitionnaire a en outre déclaré qu’à la suite du rapport de situation déposé par le ministère de l’Environnement, son plaidoyer pourrait être traité comme une représentation.

La pétition a ensuite été retirée.

Dans la pétition, déposée par l’intermédiaire de l’avocat Akshay R, le pétitionnaire a déclaré que, comme plusieurs pays, l’Inde a également pris certains engagements lors de la CCNUCC de 2021 à Glasgow, notamment atteindre une capacité non fossile de 500 GW d’ici 2030, répondant à 50 % des besoins énergétiques à partir de sources renouvelables. d’ici 2030, et la même chose doit être remplie.

« Ces engagements ont été pris devant un forum international formel dont l’Inde est également membre et signataire. Ces engagements impliquent une transition vers les énergies renouvelables et vertes à partir de l’énergie actuelle basée sur le charbon. Toutes les entreprises en Inde devront ajuster leurs pratiques et apporter les changements nécessaires pour anticiper le changement. L’État est lié par les promesses qu’il a faites et doit les tenir », affirme la pétition.

A lire aussi : PM Modi change les photos de profil en tricolore

Le plaidoyer indiquait également que les engagements ne devaient pas être perdus avec l’écoulement du temps et qu’il fallait préparer le terrain pour éviter tout retard.

« Pour respecter une telle échéance, qui n’est qu’à huit ans, il convient de jeter les bases immédiatement et d’entreprendre une action coordonnée par différents départements du gouvernement indien… Compte tenu de l’engagement pris par l’Inde de réduire son empreinte carbone d’ici 2030. de 50% et réduire la consommation d’énergie et la dépendance aux combustibles fossiles d’ici 2030, une feuille de route claire doit être préparée dès maintenant compte tenu du fait que les combustibles fossiles dominent toujours nos besoins énergétiques », indique la pétition.

.