La croissance des énergies renouvelables reste atone depuis 15 ans

LAHORE : Les énergies renouvelables ont affiché la croissance la plus lente du mix de production d’électricité au cours des 15 dernières années à partir de 2006-07, selon un rapport sur les « tendances de la production d’électricité » publié par le Bureau des statistiques du Pakistan.

Le pays s’est largement appuyé sur la production d’énergie thermique au cours de la période 2006-21 ; Cependant, en raison de préoccupations environnementales, le monde décourage désormais la production à partir de ces sources qui ont ouvert la voie à l’énergie verte.

Avec l’adoption des objectifs de développement durable (ODD) en 2015, l’accent a été mis sur une énergie abordable et propre dans le cadre de l’objectif 7. Divers objectifs ont été fixés de manière substantielle pour augmenter la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique mondial. « Les objectifs peuvent être atteints en améliorant la capacité de production d’électricité grâce à des sources d’énergie alternatives et renouvelables », ajoute le rapport.

Le Pakistan a également adopté une nouvelle politique 2019 sur les énergies alternatives et renouvelables (ARE) dans le but de créer un environnement propice à la croissance durable du secteur ARE au Pakistan. Cette section met en évidence la capacité installée d’énergie renouvelable du pays.

Les sources d’énergie renouvelables comprennent l’hydel, l’éolien, le solaire, la bagasse, la géothermie, les raz de marée, etc. Le Pakistan utilise principalement l’hydel, l’éolien, le solaire et la bagasse comme sources renouvelables, tandis que des plans sont également en cours pour exploiter d’autres domaines potentiels car le Pakistan énergie verte.

Les données montrent que le mix d’énergies renouvelables dans la capacité totale installée est de 30,1 %. Il explique en outre que sur 30,1 %, l’hydel représente 24,4 %, l’éolien 3,1 %, le solaire 1,4 % et la bagasse 1,3 %.

Les tendances de la capacité de production par sous-catégorie montrent le taux de croissance de la capacité installée pour l’année 2021 par rapport à 2007.

Au cours de la période, la capacité d’électricité des centrales nucléaires a augmenté de 316 %. Le taux de croissance thermique était de 107 %, tandis que le taux de croissance de l’énergie hydel a augmenté de 53 %.

Le déplacement de la capacité vers d’autres sources telles que la bagasse, les centrales éoliennes et solaires du système était également évident. Le taux de croissance global de tous les types d’usines était de 105,6% en 2021 par rapport à 2007.

La part de la capacité installée d’hydel s’est contractée de 33 % à 24 % de 2007 à 2021, mais en termes absolus, sa capacité installée est passée de 6 474 MW en 2007 à 9 912 MW en 2021.

Toutes les autres sources ont également accru leur part de 2007 à 2021, à savoir le nucléaire de 2,16 % à 4,36 %, le thermique de 64,9 % à 65,5 %, la bagasse de 0 à 1,3 %, le solaire de 0 à 1,37 % et l’éolien de 0 à 3,06 %.

Cependant, le thermique reste la principale source d’énergie au Pakistan. La part de la production d’électricité thermique a atteint son maximum en 2018 (69,70 % de la capacité totale).

Au 30 juin 2021, la capacité totale installée de l’ensemble des établissements de production d’électricité (thermique, nucléaire, hydel et sources alternatives) s’élevait à 40,606 MW. Cela indique une légère augmentation de 0,98 % par rapport à la capacité installée de 40 211 MW au cours de l’année précédente.

Cependant, une augmentation importante de la capacité installée peut être observée en 2016 et 2017. Depuis la création du Pakistan, la capacité installée a augmenté avec un taux de croissance annuel moyen (AAGR) légèrement supérieur à 10 %.

Une tendance positive au fil du temps a été observée en ce qui concerne la capacité installée. Il indique également qu’à partir de 2016, le marché affiche une croissance exponentielle qui a atteint 40 606 MW en 2021. La capacité de production d’électricité du Pakistan a presque doublé au cours de la dernière décennie.

De 2007 à 2021, la capacité installée a augmenté avec une croissance annuelle moyenne d’environ 5 %. Cependant, au cours des six dernières années, une augmentation visible de 9% peut être observée dans la croissance annuelle moyenne, selon le rapport.