Extension du réseau de gaz à 33 500 km, Rs 1969 Crore PM JI-VAN Plan pour les projets de bioéthanol

Le gouvernement a accéléré le processus d’augmentation de la part du gaz naturel dans le mix énergétique à 15 % en 2030, contre environ 6,3 %, avec l’expansion du réseau national de gaz à environ 33 500 km par rapport aux 21 715 km actuels ainsi que du réseau de distribution de gaz de ville (CGD) et mise en place de terminaux de gaz naturel liquéfié.

Le ministère du Pétrole et du Gaz naturel espère que des initiatives telles que l’allocation du gaz domestique au gaz naturel comprimé dans le secteur des transports et au gaz naturel canalisé dans la catégorie domestique sans coupure et permettant la liberté de commercialisation et de tarification du gaz produit à partir de haute pression/haute température les eaux profondes, les eaux ultra-profondes et les veines de charbon accéléreront l’intention d’améliorer la composante du gaz naturel dans le panier énergétique du pays.

Le développement du réseau CGD repose sur les raccordements PNG et la mise en place de stations GNC qui est réalisée par les entités autorisées du Conseil de Régulation du Pétrole et du Gaz Naturel (PNGRB) selon ses échéanciers.

Au 31 mai 2022, un total de 95,21 lakh de connexions intérieures en PNG ont été fournies et 4 531 stations de GNC ont été établies et après l’achèvement du cycle de distribution de gaz de ville (CGD) 11A, 295 zones géographiques ont été autorisées, couvrant 98 % de la population indienne et 88 % de son gaz, a fait savoir le ministre d’État chargé du Pétrole et du Gaz naturel, Rameswar Teli, à la Rajya Sabha, lundi 25 juillet.

Un objectif ambitieux a été fixé pour fournir 12,33 crores de connexions PNG par les entités CGD et établir 17 700 stations GNC d’ici 2030, y compris dans les zones rurales et urbaines.

Tout cela est important car le gaz naturel devrait être le combustible fossile à la croissance la plus rapide et l’Inde devrait devenir le troisième plus grand consommateur d’énergie derrière les États-Unis et la Chine d’ici 2030, selon le rapport « India Energy Outlook » de l’Agence internationale de l’énergie.

Une économie basée sur le gaz tirée par les deux moteurs de livraison de la PNG et du GNC, qui facilite le programme d’adoption plus rapide des énergies renouvelables, fait partie de l’objectif climatique aligné à l’échelle mondiale du gouvernement visant à satisfaire 50 % des besoins énergétiques à partir de sources renouvelables.

Une plus grande part du gaz naturel dans le secteur de l’électricité augmentera à son tour la capacité d’énergie renouvelable à 450 GW d’ici 2030. L’objectif du gouvernement d’augmenter la part du gaz naturel dans le mix énergétique primaire implique des investissements importants dans l’expansion de l’infrastructure de gazoducs pour réaliser le « vision « une nation, un réseau de gaz ».

Alors que 33 500 km de réseau de gazoducs ont été autorisés à travers le pays, 21 715 km de ces gazoducs sont opérationnels et un total de 13 605 km de gazoducs est à divers stades de construction.

L’introduction d’un carburant automobile conforme aux normes d’émissions de carbone a constitué une étape importante vers la réalisation de ces objectifs. Alors que les carburants automobiles de qualité Bharat Stage (BS)-II, BS-III et BS-IV ont été introduits dans le pays depuis avril 2017, compte tenu de l’augmentation de la pollution, le gouvernement a décidé de passer directement des normes d’émission BS-IV aux normes d’émission BS-VI, en sautant proposition de mise en œuvre des normes d’émission BS-V d’ici avril 2020 et des normes d’émission BS-VI à partir de 2024.

La qualité du carburant s’est depuis considérablement améliorée en réduisant la teneur en soufre autorisée et a permis l’introduction de technologies et de systèmes avancés de contrôle des émissions pour réduire les émissions d’oxydes d’azote dans les véhicules BS-VI.

L’accent est désormais mis sur la réduction des émissions automobiles, l’élimination progressive de l’essence au cours des cinq prochaines années et le remplacement par un carburant à base d’essence mélangée au bioéthanol avec une aide financière aux projets intégrés de bioéthanol.

Pradhan Mantri JI-VAN yojana du gouvernement pousse de tels projets avec une dépense financière totale de Rs 1 969,50 crore pour la période 2018-19 à 2023-24.

Le « jaiv indhan-vatavaran anukool fasal awashesh nivaran yojana » fournit un soutien financier pour la mise en place de projets d’éthanol de deuxième génération dans le pays en utilisant la biomasse lignocellulosique et d’autres matières premières renouvelables.

Une aide de Rs 150 crore a été approuvée pour quatre projets commerciaux de bioéthanol de deuxième génération à Bathinda au Pendjab, Panipat à Haryana, Bargarh à Odisha et Numaligarh à Assam. Un projet de démonstration à Panipat dans l’Haryana obtiendra Rs 15 crore. Ces projets commerciaux devraient être mis en service à partir de 2022-23.

Une multitude de mesures sont en place pour promouvoir les usines d’éthanol 2G, notamment l’imposition d’un droit d’accise supplémentaire sur les carburants non mélangés, l’encouragement d’études sur l’identification des zones présentant un potentiel de matières premières de biocarburants excédentaires, un soutien politique aux biocarburants traditionnels et un prix distinct pour l’éthanol 2G.

Par ailleurs, 35 usines de Compressed Bio Gas (CBG) ont été mises en service par des sociétés de commercialisation de pétrole et de gaz (OGMC) depuis le 1er octobre 2018.

L’idée est d’établir un écosystème pour la production de CBG et de promouvoir son utilisation avec le gaz naturel avec des incitations comme un prix garanti pour l’achat de CBG avec des accords à long terme par les OGMC, l’inclusion de projets CBG dans le cadre de prêts sectoriels prioritaires par RBI et des prêts. produits de diverses banques pour le financement de projets CBG.

A lire aussi : GAIL va investir dans des startups opérant dans des domaines ciblés, notamment le gaz naturel, l’énergie, la mobilité électrique et les nanomatériaux

.