Bilan : politique et réglementation des énergies renouvelables en Pologne

Un extrait de The Renewable Energy Law Review, 5e édition

Le cadre politique et réglementaire

i Le contexte politique

La politique concernant les énergies renouvelables a été un élément clé des documents stratégiques les plus essentiels en Pologne. L’un d’eux, la politique énergétique de la Pologne jusqu’en 2040, stipule les plans du gouvernement pour le développement du marché de l’énergie. En ce qui concerne les énergies renouvelables en 2030, la part des énergies renouvelables dans la consommation brute finale d’énergie doit être d’au moins 23 % et d’au moins 32 % dans le secteur de l’électricité (principalement éolien et photovoltaïque) ; 28 % en chaleur ; et 14 % dans les transports (avec une large contribution de l’électromobilité). Dans une autre politique importante, le Plan national pour l’énergie et le climat pour 2021-2030, le gouvernement a déclaré que la Pologne atteindrait une part de 21 à 23 % d’énergies renouvelables dans la consommation brute d’énergie finale. Pour atteindre ces objectifs, des programmes de subventions ont été mis en place pour les investisseurs dans les énergies renouvelables.

Au fil des ans, la Pologne a soutenu les sources d’énergie renouvelables grâce à un système de certificats d’origine négociables (les certificats verts). Les certificats verts sont des droits de propriété transférables qui peuvent être reçus par un producteur d’électricité à partir d’une source d’énergie renouvelable dans laquelle l’énergie a été produite pour la première fois avant le 1er juillet 2016. L’aide peut être accordée pour une période maximale de 15 ans mais pas plus de jusqu’au 31 décembre 2035.

Le système des certificats verts est progressivement remplacé par le nouveau régime de soutien sous forme d’enchères. Les gagnants des enchères obtiennent le droit de régler le solde négatif entre le prix d’enchère applicable et le prix de la bourse de l’électricité (prix moyen du marché). Le solde négatif ou positif est réglé sur une base mensuelle sur demande présentée par un producteur de source d’énergie renouvelable à l’opérateur de règlement (Zarządca Rozliczeń). Les enchères pour les énergies renouvelables sont effectuées séparément au sein de cinq paniers technologiques, séparément pour les installations d’une capacité installée inférieure ou égale à 1 MW et supérieure à 1 MW, et séparément pour l’électricité produite dans :

  1. les installations d’énergie renouvelable mises en service avant le 1er juillet 2016 ;
  2. installations de sources d’énergie renouvelables modernisées; et
  3. les nouvelles installations de source d’énergie renouvelable (c’est-à-dire les installations prévues, qui produiront de l’électricité pour la première fois après la clôture de la séance d’enchères).

Dans les enchères organisées à ce jour, la majorité du soutien a été accordée à des projets de parcs éoliens terrestres générant plus de 1 MW et à des projets photovoltaïques générant jusqu’à 1 MW.

Selon les informations du président de l’ERA, en raison des enchères organisées en 2020, plus de 1,56 GW d’installations photovoltaïques, près de 0,93 GW de nouveaux parcs éoliens et plus de 4 MW de nouvelles capacités dans d’autres technologies d’énergie renouvelable pourraient être développées.5 En 2020, près de 75,3 TWh d’électricité provenant de sources d’énergie renouvelables ont été mis en vente dans toutes les enchères, pour une valeur totale de plus de 27,4 milliards de zlotys. Cependant, seules quatre enchères sur huit ont été résolues (les quatre autres n’ont pas été résolues car un nombre suffisant d’offres n’a pas été soumis). En conséquence, 54,5 TWh d’électricité ont été vendus, pour une valeur totale de près de 12,9 milliards de zlotys.6

En ce qui concerne les enchères en 2021, il convient de noter qu’elles ont eu lieu à deux reprises – au cours des mois de mai et juin, et en décembre. En mai-juin, au total, près de 37 TWh d’électricité ont été contractés, pour une valeur d’environ 8,5 milliards de zlotys.sept En décembre, un total de près de 14 TWh d’électricité a été contracté, pour une valeur de plus de 3,2 milliards de zlotys.8

Une alternative au système d’enchères a été envisagée pour les installations de petite capacité qui peuvent être soutenues par deux autres systèmes, à savoir les systèmes de tarif de rachat (FiT) et de prime de rachat (FiP). Les FiP et FiT sont dédiés aux installations utilisant uniquement les sources suivantes pour la production d’électricité :

  1. biogaz agricole;
  2. biogaz obtenu à partir de décharges ;
  3. biogaz provenant d’une station d’épuration ;
  4. un autre biogaz autre que ceux précisés ci-dessus ;
  5. hydroélectricité; ou
  6. biomasse.

Les producteurs de biogaz agricole peuvent également bénéficier du dispositif de soutien sous la forme de certificats d’origine de biogaz agricole attestant de sa production et de son introduction sur le réseau de distribution de gaz, qui sont délivrés par le Président de l’ERA. Le certificat est accordé pour 15 ans, à compter de la date de la première production de biogaz agricole ou d’électricité à partir de biogaz agricole, mais au plus tard jusqu’au 31 décembre 2035.

ii Le cadre réglementaire et consensuel

Les principaux actes régissant les domaines spécifiques en Pologne sont les lois, qui sont les actes adoptés par le parlement (c’est-à-dire le Sejm et le Sénat, qui est la chambre haute du parlement) et signés par le président. En ce qui concerne le secteur de l’énergie en Pologne, les règles générales sont prévues dans la loi sur l’énergie. La loi sur l’énergie définit les droits et obligations des acteurs du marché ainsi que les pouvoirs et obligations des autorités administratives (telles que le président de l’ERA). Plus important encore, la loi sur l’énergie stipule les règles d’exercice des activités commerciales sur le marché de l’énergie en Pologne en réglementant les conditions de raccordement au réseau de transport et de distribution ainsi qu’en réglementant les exigences relatives à l’obtention des licences énergétiques nécessaires à l’exercice d’une activité commerciale ( par exemple, dans la production d’électricité).

Dans le cas du secteur des énergies renouvelables, la principale loi réglementant les droits et obligations des investisseurs dans les énergies renouvelables est la loi sur les sources d’énergie renouvelables, qui décrit les régimes de subventions mentionnés précédemment (c’est-à-dire les certificats verts, le système d’enchères et le FiT et systèmes FiP). Une autre loi importante pour le secteur des énergies renouvelables est la loi sur les parcs éoliens récemment adoptée, qui définit les réglementations-cadres pour les parcs éoliens offshore.

Les lois du Parlement ne sont pas la seule source de droit régissant le marché de l’énergie en Pologne. Les informations techniques sont généralement régies par la législation secondaire, telle que les réglementations, qui sont émises par des organismes gouvernementaux. Dans le cas des énergies renouvelables, l’organisme émetteur est généralement le ministère du Climat et de l’Environnement ou le ministre des Infrastructures.

Le marché de l’énergie en Pologne est réglementé. Bien que le président de l’ERA, en tant que régulateur polonais, n’ait pas compétence pour émettre des actes contraignants au niveau national tels que des statuts ou des règlements, il façonne le cadre des activités commerciales sur le marché de l’énergie, entre autres, en émettant des décisions pour des acteurs de marché spécifiques. Dans ces décisions, le président de l’ERA est habilité, entre autres, à imposer des sanctions financières en cas de violation des dispositions des lois relatives à l’énergie et, surtout, à accorder des licences aux entreprises énergétiques. Dans le cas des sources d’énergie renouvelables, le président de l’ERA est habilité à délivrer des licences pour la production d’énergie électrique à partir d’installations d’énergie renouvelable, qui sont délivrées à la fin du processus de développement de projets renouvelables. Cette obligation ne s’applique pas aux micro et petites installations.

Lors du développement d’un projet d’énergie renouvelable mais avant d’obtenir la licence de production du président de l’ERA, l’investisseur doit également obtenir de nombreux permis nécessaires à la construction et à l’exploitation d’un tel projet. La loi polonaise exige la détention de plusieurs permis, dont les décisions les plus importantes sont les suivantes :

  1. Un plan de zonage local ou un permis de zonage, qui constitue une base légale pour l’emplacement des projets d’énergie renouvelable. En ce qui concerne le plan local de zonage, le conseil municipal l’adopte sous la forme d’une résolution qui couvre un ensemble de parcelles n’appartenant pas nécessairement au même propriétaire et qui ne sont pas délivrées au profit d’une seule partie, tandis que les permis de zonage sont délivrés par l’autorité compétente pour le destinataire particulier. En pratique, lorsqu’il n’y a pas de plan local de zonage, les investisseurs doivent obtenir des permis de zonage pour pouvoir poursuivre le développement du projet.
  2. Une décision sur les conditions environnementales, qui détermine les conditions environnementales d’un projet d’énergie renouvelable et approuve son étude d’impact sur l’environnement (EIE). Il doit être obtenu avant le permis de zonage (si, dans le cas spécifique, il est nécessaire comme indiqué ci-dessus) et le permis de construire.
  3. Un permis de construire, qui est une décision autorisant le démarrage des travaux de construction. Cependant, dans certains cas, la seule notification des travaux de construction suffit.
  4. Un permis d’utilisation, qui est une décision permettant l’utilisation et l’exploitation d’un projet d’énergie renouvelable. Cependant, dans certains cas, la seule notification de la fin des travaux de construction suffit.

L’obtention de la décision environnementale est l’une des étapes critiques du processus d’autorisation des projets d’énergie renouvelable. La décision environnementale est émise par le chef de la municipalité, ou le maire ou le président de la ville dans laquelle le projet sera mis en œuvre. La procédure de délivrance de la décision environnementale est engagée à la demande de la partie qui envisage de réaliser le projet (c’est-à-dire l’investisseur). Au tout début de la procédure, l’autorité compétente examine la demande de délivrance de la décision environnementale pour évaluer dans quelle catégorie le projet doit être qualifié (c’est-à-dire avec une EIE obligatoire ou une EIE facultative). Selon la loi polonaise, il existe deux groupes de projets pour lesquels une décision environnementale doit être obtenue :

  1. les projets qui peuvent toujours affecter de manière significative l’environnement (pour lesquels il est obligatoire de réaliser une EIE avant de rendre la décision environnementale) ; et
  2. les projets susceptibles d’affecter l’environnement (pour lesquels une EIE n’est pas obligatoire mais peut être exigée par l’autorité responsable de l’émission de la décision environnementale).

.